7 . Transporter le vélo par le train (avec tuto vidéo !)

L’option train+vélo de la SNCF a le mérite d’exister, mais transporter son vélo à l’autre bout de la France par ce biais relève souvent du casse tête. Les horaires des trains avec ce service sont parfois inadaptés, l’offre est discontinue sur les trajets avec correspondance, et les places dans le wagon pour nos chères montures sont limitées.
Depuis quelque temps déjà, je me suis affranchi de cette contrainte en transportant mon vélo sous housse.
Pour peu qu’elle respecte les sacro saintes dimensions maximales admises par la SNCF (1,20 x 0,90 m maximum) la housse est alors assimilée à un bagage ordinaire.
Après plusieurs expériences concluantes, je n’hésite pas à vous proposer cette « méthode », sans doute perfectible, mais qui vous permettra de transporter votre vélo en toute sécurité.

Tout d’abord, une petite vidéo d’explication made in Gégé Diagonaliste :

 

Abordons maintenant les détails techniques :

Vélo prêt à être emballé sous housse

 

DESCRIPTION DU KIT D’EMBALLAGE

Kit d’emballage

Gaines de protection du cadre :
Ce sont des gaines à calorifuger en mousse synthétique (type Cintroplast) de sections appropriées aux tubes. Les gaines sont à couper en fonction de la longueur des parties à protéger (haubans bases, fourreaux…).

Gaines de protection pour la chaîne :
Elles sont réalisées à partir de 2 morceaux de gaine électrique dont les longueurs seront adaptées à la longueur de la chaîne.
Chaque gaine est échancrée dans le sens longitudinal avec un trait de disqueuse à peine plus étroit que la largeur de la chaîne. L’insertion de la chaîne dans la gaine électrique se fait par une légère pression. Pour faciliter la pose de cette protection, on peut évaser l’ouverture aux extrémités.

Souvent par précaution, je détache le dérailleur et je l’attache provisoirement à l’intérieur  des bases du triangle arrière pour prévenir tout risque de déformation de la patte de dérailleur ou du dérailleur lui même.

Élastiques pour fixation
Ils sont découpés dans une vielle chambre à air de voiture coupée en anneaux de 2 cm de largeur.

Entretoises de jantes

Chaque entretoise est constituée de 2 parties en bois solidarisées par une vis de 35 mm.
Pour faciliter l’installation, la vis est à peine serrée de manière à permettre le pivotement des 2 pièces de bois, l’une par rapport à l’autre.
Les parties au contact de la bande de roulement sont profilées à la lime pour épouser avec un léger retrait le profil du pneu.

Dimensions hors tout des pièces : (L x H x ep.) en mm :
– Partie pivotante au contact des jantes : 107 x 40 x 20 mm
– Partie au contact de la bande de roulement : 162 x 40 x 20 mm

Entretoise ouverte
Entretoise fermée
entretoise installée sur jantes solidarisées

Axe de couplage des roues :

Axe de solidarisation desroues
Axe de solidarisation des roues : simple tige filetée ou blocage de roue rallongé

photo à insérer

Il se compose d’une tige filetée de Ø 5 mm (longueur 260 mm), d’un écrou d’arrêt et d’un écrou papillon.
Un écrou d’arrêt est installé à demeure est sur la tige filetée (écrou nylstop , ensemble écrou/contre écrou ou matraquage des filets pour les moins délicats !)
Les plus bricoleurs peuvent réaliser cet axe en prolongeant un vieux dispositif de blocage de roue soudée à un morceau de tige filetée de 5 mm

Entretoise de la fourche :
Tube cuivre de Ø 12 mm pour 100 mm de longueur

Entretoise du triangle arrière :
Tube cuivre de Ø 12 mm pour 130 mm de longueur
Certains vélocistes vendent un dispositif qui permet à la fois l’entretoisement du triangle arrière et le maintien du dérailleur.
Ce dispositif plus sophistiqué que le tube de cuivre peut lui être substitué.

MÉTHODE D’EMBALLAGE

  • Étape 1 : Protéger l’émaillage du vélo
    – Avec de la gaine en mousse synthétique, assurer d’abord la protection des fourreaux de la fourche, des haubans et des bases susceptibles d’être endommagés par des chocs ;
    – Introduire la chaîne dans son fourreau de protection (gaine électrique fendue) en commençant par une partie évasée de l’encoche longitudinale
  • Étape 2 : Rigidifier le triangle arrière et la fourche, protéger les manettes
    – Enlever les axes de blocages des moyeux de roues ;
    – Replacer les axes (sans les roues) après avoir intercalé les entretoises de fourche et du triangle arrière (tubes en cuivre)
    Ce montage est destiné à maintenir l’écartement normal des bases et la fourche ;
  • Étape 3 : Solidariser les roues
    – Disposer de part et d’autre du cadre du vélo les roues (sans leurs axes de blocages) en orientant la cassette vers l’intérieur ;
    – Passer la tige filetée dans le trou des axes de blocage ;
    – Solidariser les roues sur l’axe en serrant à la main l’écrou papillon ;
    – Pour éviter le voilage des roues et assurer l’écartement par rapport au cadre, placer trois entretoises en bois entre les jantes ;
    – Coiffer ces entretoises par des élastiques larges de manière à garantir la fois leur maintien contre les jantes et l’écartement des roues
    A ce stade, les deux roues sont maintenant complètement solidaires et il ne reste plus qu’à fixer l’ensemble entretoisé sur le vélo.

Pour la compréhension du dispositif, le couplage des roues est montré sans le cadre du vélo.
Dans la pratique, les roues sont disposées de part et d’autre du vélo qui est ainsi protégé
Les entretoises, espacées à 120° environ prennent appui sur les jantes dans la zone de contact des patins de frein.

  • Étape 4 : Protéger le cadre et fixer les roues sur le vélo
    – Solidariser les roues assemblées en les fixant au vélo par des élastiques fixés en 3 points au moins (tube de selle, manivelle, tube de direction)
    – Rapprocher les manettes contre le cintre et les maintenir ainsi par deux petits élastiques.
    – Faire pivoter ensuite le cintre vers le cadre entre les rayons et le maintenir bloqué par un élastique.

En butée, l’une contre l’autre au niveau du moyeu, les roues sont suffisamment écartées et protègent ainsi le cadre. Elles prennent appui sur des parties protégées par les gaines en mousse synthétique ou sur des parties non fragiles (manivelles, bidons).
Les élastiques assurent le blocage de tous les éléments mobiles (pédalier, direction)

  • Étape 5 : Emballer dans la housse de transport
    L’ensemble roues-vélo maintenant parfaitement solidaire peut alors être glissé dans la housse
    Sans entraînement particulier, le temps testé pour l’emballage ou de déballage est d’environ dix minutes.

Une petite astuce…
Arrivé au point de départ de la randonnée longue distance, je renvoie le colis en poste restante vers ma destination. Le paquet qui contient la housse pliée et le « kit de transport » pèse moins de 3kg. Il reste suffisamment de place dans le colis pour y joindre les vêtements de quidam que je porte dans le train
Ainsi, je peux reproduire le même scénario pour le retour, à condition toutefois que le colis soit arrivé à temps et que la poste soit ouverte…
Si par malchance je n’arrivais pas à destination, par précaution, je prends soin de mentionner à la rubrique « Expéditeur » l’adresse de mon domicile, de manière à garantir le retour (sans frais) de mon colis.

Dernier conseil…
Vérifier que les deux dispositifs de blocages sont bien présents dans le colis, sinon la randonnée risque fort d’être compromise !




2 réflexions au sujet de « 7 . Transporter le vélo par le train (avec tuto vidéo !) »

  1. Tu as gagné le Roger Serreau d’ Or…
    Mon père n’aurait pas été plus ingénieux.
    Juste un avis perso qui n’a pas du tout étudié le problème et donc je peux pas réellement en évaluer la pertinence.
    Les entretoises pourraient elles être en alu préformé pour la rondeur de la route avec toujours la chambre pour blocage.

    Facile à dire pas facile à faire…
    très amicalement

    Jean Louis

  2. Vu le nombre de cyclistes qui galèrent avec leur vélo dans le train, il y aurait matière à vendre un kit prêt à l’emploi, qui incluerait un sac très léger pour les voyages en itinérance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *